A free template from Joomlashack

Accueil arrow Actualités arrow Actualités par comité arrow MNLE 51 arrow La qualité de vie maintenant et demain
La qualité de vie maintenant et demain Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par MNLE 51   
10-02-2010

logo_reims.jpg « Après le Grenelle de l'environnement, après la conférence de Copenhague, sommes-nous partis pour changer nos façons de produire et de consommer ? »

Tel était le sujet de la conférence organisée par le Comité rémois du MNLE (mouvement national de lutte pour l'environnement) le 30 janvier, suivie le lendemain de l'assemblée générale, avec à chaque fois la présence du président national, le physicien François Cosserat. 

A Reims, le comité est présidé par Michel Delaître qui insiste sur la dimension sociale et sur le partage des ressources : « Il faut prendre en compte tous ces pays qui ont été plus ou moins pillés… On a enfin pris conscience que les ressources en eau, en énergie, sont limitées, entraînant des conflits sous-jacents… »

Pour François Cosserat, il faut donc une « culture de paix mondialisée, avec un droit au partage des ressources en énergie ».

Raymond Joanesse, au nom de la Ville, a demandé qu'on n'oublie pas l'humain : « Mais on ne doit pas faire reposer le bonheur uniquement sur le matériel. Le citoyen doit être actif et ne pas attendre passivement ce que font les institutions ». Il a évoqué les efforts faits par la Ville en matière d'écocitoyenneté et cité l'utilisation des ressources forestières de la Montagne de Reims pour alimenter le chauffage collectif de quartiers.

L'assistance était un peu clairsemée mais la participation et les interventions de qualité. De nombreux sujets ont encore été abordés, comme celui des zones humides de Reims sur lesquelles on s'apprête à construire : « Notre inquiétude est grande : n'oublions pas les inondations qui autrefois ont détruit les industries textiles de la Vesle et de la Suippe. Et maintenant des quartiers sont prévus sur ces zones… » Des éco-quartiers qui, pour Michel Guillaudeau, « vont coûter cher : donc ils ne seront pas accessibles à tous, donc on y trouvera moins de mixité sociale… »

 
 
Joomla Templates by Joomlashack