A free template from Joomlashack

Accueil
A propos du deuxième réacteur à eau pressurisée Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par MNLE   
20-02-2009
logo-mnle.jpgLa programmation d’un deuxième EPR dont la mise en production est prévue en 2017 est en soi une bonne décision si on la considère en terme de politique industrielle. Mais encore faut-il la replacer dans un contexte plus global. Cette décision est celle du prince. Le MNLE réclame l’établissement d'une politique de l'énergie française avec ses prolongements européens qui soit largement débattue et dont le but serait de cultiver les synergies entre les différentes sources et non la concurrence. On ne peut laisser le secteur de l'énergie, stratégiquement fondamental pour l'économie, la vie des gens, le climat, qui nécessite des investissements sur le long terme, livré à la volatilité du marché et à la spéculation.

5 objectifs à une telle politique :

  • répondre aux besoins, avec le souci prioritaire d'efficacité de l’utilisation de l'énergie, de lutte contre les gaspillages,
  • réduire les émissions de CO2 pour aboutir à une diminution d’un facteur 4 d’ici 2050 en réduisant les consommations de combustibles fossiles, être le moteur de l’Europe dans ce domaine,
  • maîtriser les prix,
  • garantir la sécurité d'approvisionnement (dans ce domaine l'UE peut jouer un grand rôle),
  • aider les pays pauvres à s'engager dans une économie décarbonée.

Le MNLE se prononce pour un développement volontariste des énergies renouvelables. Ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas développer le nucléaire civil dans de bonnes conditions :

  • sans relâchement dans la sûreté des installations au niveau de la conception et de l’exploitation des installations,
  • en poursuivant la politique de gestion des combustibles et des déchets radioactifs engagée depuis la loi de décembre 1991 et précisée par la loi du 28 juin 2006 et en renforçant la coopération internationale dans ce domaine.

Le développement de la filière électrique s’impose d’autant plus que les derniers froids ont montré la fragilité du système national et européen de production d’énergie électrique.

L’électricité est un bien commun indispensable à la vie quotidienne. Le MNLE souhaite développer l’action, au niveau national, européen et international, pour soustraire sa production au système marchand.

Le MNLE pose comme conditions au développement du nucléaire civil :

  •  le maintien autour d’EDF de tous les savoir-faire concernant la construction et l’exploitation de toutes les centrales,
  •  la limitation de la sous-traitance et la clarté sur les conditions de travail,
  •  la transparence dans l’utilisation de la rente nucléaire d’EDF et son utilisation pour le bénéfice de la nation,
  •  le maintien du tarif régulé.

Ainsi dans le contexte où le profit est déjà devenu la règle d’or de l’ancien secteur nationalisé et avec la perspective de l’introduction de Suez-GDF, éventuellement de Total, dans le projet EPR2, qui préluderait à une déstructuration de la filière électrique française, ce projet ne répond pas actuellement à la construction de coopérations sur la base de logiques publiques meilleures garantes aux yeux des citoyens français de leur sécurité et de leur porte monnaie.

 
 
Joomla Templates by Joomlashack