A free template from Joomlashack

Accueil arrow Les derniers éditos arrow Edito du numéro 115 : A propos de l'épisode "poussières"
Edito du numéro 115 : A propos de l'épisode "poussières" Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Écrit par MNLE   
12-05-2014

A propos de l'épisode "poussières"

Zoom sur les causes


La voiture - le diesel, en particulier - et le camion sont accusés d'être à l'origine des émissions de poussières qui polluent l'atmosphère. Il ne s'agit pas bien sûr de les dédouaner. Encore faut-il pousser l'analyse et envisager le problème dans son ensemble si l'on veut dégager les bonnes solutions. Le diesel, en effet, peut être la première source à Paris sans l'être ailleurs.

De manière générale, et notamment en matière de transition énergétique, l'opinion est déformée par des slogans simplificateurs. Il fut un temps où le papier menaçait la forêt alors qu'aujourd'hui "on" pousse à la combustion du bois. Les énergies renouvelables se réduisent, pour l'essentiel, à l'éolien et au photovoltaïque, c'est-à-dire à des énergies intermittentes qui resteront secondaires pour des décennies mais dont la marginalité est d'ores et déjà assez forte pour déstabiliser le prix de l'électricité. Le modèle allemand est pris comme référence alors qu'il est cher et polluant. Bon nombre d'opposants au gaz de schiste prônent l'utilisation plus massive du gaz naturel. La liste de ces incohérences pourrait être allongée. Il y a une sorte de politiquement correct devant lequel une bonne partie de la presse se liquéfie et perd tout esprit critique. Or il ne faut pas confondre ce dernier avec l'invective ou le pamphlet. La réalité est complexe et difficile à dire et à écrire. Alors, autant faire peur ! C'est plus simple car le danger est un lot courant de la complexité, à commencer par le nucléaire civil. Nous sommes donc à l'epoque de l'"anti" du nimby. Les limites des ressources naturelles, d'ailleurs pas toujours fondées, servent de tremplin à une prévention mythique qui fait la ronde autour des poubelles, déformant au passage la notion d'économie circulaire.

Cela fait plus de vingt ans qu'on parle de prévention sans résultat bien concret.

Il faut poser les questions différemment. L'offre aujourd'hui pousse la demande. Il est nécessaire de reposer l'édifice sur de bonnes fondations. La transition énergétique doit examiner comment on respecte le confort thermique dans le bâti avec une économie de moyens, une division par au moins quatre des émissions de gaz à effet de serre, et la disparition de la précarité énergétique. Trois autres cibles doivent également être visées : une mobilité durable, la relocalisation d'activités industrielles à partir d'une économie circulaire basée sur des ressources de proximité, et la transformation des pratiques agricoles productivistes. On est loin de la rengaine de l'éolienne bien qu'elle puisse jouer un rôle.

 

François Cosserat    

 
 
Joomla Templates by Joomlashack